Retour à l'ascendance complète

Un beau p'tit bonhomme prénommé Alain !



Alain MAAS ! C'est moi.
Je suis né le 20 mars 1955, à la maternité de CREUTZWALD, au 18 de la rue de la mine. Mon acte de naissance précise qu'il était 23h20. Je n'ai jamais été matinal ! L'acte ne dit pas que c'est un dimanche, et pourtant.
Papa et maman avaient construit une maison sur la route de Merten à DALEM.
Mais à ce moment là, maman était chez mémé MAAS.
Poursuivons la lecture de mon acte de naissance : il détaille : " De Gérard François MAAS. Profession : employé de bureau "...
En fait, il travaillait à cette époque, et depuis 1945 déjà, à la SNCF et plus exactement à la gare de HARGARTEN-FALCK. Il s'y rendait tous les jours en vélo.
Ce jour là, comme tous les autres jours, maman lui avait soigneusement préparé son casse croûte pour partir travailler…
Savez-vous ce qu'il y avait en guise de casse croûte ? Un ouvre-boîte !!! Effectivement, maman probablement préoccupée par mon arrivée avait tout prévu, sauf… la boîte de pâté. Ça commence bien.

Quelqu'un avait prévenu Joséphine MAFAYOUX, la sœur de maman qui habitait sur la route de Merten, de l'imminence de ma naissance. Celle-ci se mit alors en chemin pour rejoindre sa sœur dans la maison de mes grands-parents lorsqu'elle a croisé mémé qui venait à sa rencontre : " Doumel dich, doumel dich ! " Lui disait mémé.
C'est en ambulance que maman et moi avons été transportés à la maternité ! Joséphine MAFAYOUX, nous a accompagnés.
( Jean Marie, le frère de papa avait emprunté ce jour-là, la voiture de pépé MAAS ( une Peugeot…… )
Comment s'est passé ma naissance ? Sûrement le plus naturellement du monde.
Sauf que...
Je suis né par le siège. Tiens donc !
Dans ma jeunesse, cela m'a tracassé longtemps lorsque j'entendais maman raconter à l'une ou l'autre de ses sœurs ou de ses voisines, les douleurs et les difficultés qu'elle avait eu pour accoucher " Pensez-vous ! Il est venu par le siège alors vous imaginez ! " Qu'est ce que j'avais encore fait comme bêtise ?
Il paraît même que je n'ai pas voulu crier en voyant le jour... Il a fallu que l'on me tape sur les fesses pour que je pousse enfin un cri de réprobation. Et savez-vous qui a posé sa main sur ce que j'avais déjà de plus tendre à l'époque : Une bonne sœur, eh oui ! Une religieuse... Si ce n'est pas honteux !!!
Aujourd'hui, lorsque je râle à la maison, Régine mon épouse, me dit souvent " Toi ça se voit que tu as oublié de râler lorsque tu es né ! "
Poursuivons la lecture de mon acte de naissance… et de Jacqueline Henriette BOUTET, née à PINDRAY, sans profession.
" Mais ça se cache t'y où ce bourg ? "
" Eh bien dans le département de la Vienne !"
" C'est'y loin de DALEM ça ? "
" 600 km au moins "
" Mais comment ont'y fait ces deux là pour se fréquenter ? "

" On verra ça plus tard !"
Toujours concernant mon acte de naissance, il y a d'autres mentions dans la marge et me concernant, on y parle de mariage, mais cela, c'est une autre histoire !



Je suis entouré de mon parrain et de ma marraine à l'occasion de mon baptème.
Un peu plus tard avec mon parrain et papa. Mon parrain c'est laissé pousser la barbe !


Et puis quelques photos de ma jeunnesse...
Assis dans l'herbe ou avec Boby mon chien mais toujours en costume avant d'aller à la messe le dimanche





Tous droits réservés
Alain MAAS
2005